Loi fédérale sur les jeux d’argent (LJAr)

Jeux d’argent sans frontières virtuelles

Le référendum est officiellement lancé contre la nouvelle loi qui entend bloquer l'accès aux sites étrangers de jeux d'argent

Maisons de jeu et loteries suisses sont bien servies par la nouvelle loi sur les jeux d’argent, adoptée en septembre dernier par le parlement. Ce n’est pourtant pas pour cette raison que trois comités différents se sont constitués pour lancer un référendum. Ils ont un grief commun: le blocage des sites de jeu étrangers. Pour eux, cette mesure qualifiée de paternaliste s’apparente à de la censure. Il s’agit «d’une atteinte à la liberté économique, à nos droits fondamentaux, à la diversité», estime Anaïs Grandjean, coprésidente des Jeunes Vert’libéraux, qui craint que les autorités ne se permettent d’autres blocages à l’avenir.

Mesure injuste

La loi sur les jeux d’argent a fait l’objet de longs débats au parlement. Et les groupes d’intérêts se sont mobilisés comme rarement. En tête des lobbyistes: les maisons de jeu suisses, ainsi que les loteries helvétiques. Dans leur sillage, tous ceux qui profitent de leur manne, dont les associations culturelles, sportives ou humanitaires comme La Chaîne du Bonheur.

Le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) parle d’un «lobbyisme monstrueux». Au final, la loi ménage leurs intérêts. «Je ne connais aucune loi au travers de laquelle une branche s’arroge autant de privilèges», estime encore l’élu valaisan.

Webauftritt gestaltet mit YAML (CSS Framework), Contao 3.5.27 (Content Management System) und PHPList (Newsletter Engine)

Copyright © 2006-2017 by grundrechte.ch